AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Propositions de textes

Aller en bas 
AuteurMessage
derzou13
Nouveau
Nouveau


Masculin Nombre de messages : 1
Age : 65
Localisation : MARSEILLE
Date d'inscription : 01/08/2007

MessageSujet: Propositions de textes   Mer 1 Aoû - 19:11

Bonjour J'écris des textes.
Peuvent-ils vous intéresser ?
Merci
Henri ======> derzou13@yahoo.fr
1-LE MIRACLE DE L'AMOUR

T'aimer sans te connaître
T'aimer sans t'avoir vue
C'est le miracle à naître
Des souvenirs perdus

T'aimer sans Dieu ni maître
T'aimer sans retenue
C'est garder la fenêtre
Ouverte sur les nues

Mais qui es-tu belle inconnue
Toi qui dors à mes côtés
Et qui joues à l'ingénue
Dans le chaud matin d'été

T'aimer sans te soumettre
T'aimer sans te priver
C'est un jamais peut-être
A ton âme rivé

T'aimer sans disparaître
T'aimer sans renoncer
C'est la surprise d'être
Parfois à tes côtés

Mais qui es-tu fille du vent
Toi qui rêves à l'infini
Et qui t'éveilles doucement
Dans le calme de la nuit

T'aimer sans te permettre
T'aimer sans te prier
C'est un silence à mettre
Au bout de l'encrier

T'aimer sans comparaître
T'aimer sans t'accuser
C'est l'amour fou du maître
Au regard amusé

Mais qui es-tu ma douce reine
Toi qui ne me laisses pas le choix
Et qui m'entoures si sereine
Dans le secret de tes émois

T'aimer de tout mon être
T'aimer en liberté
C'est la joie de connaître
Le bonheur d'être aimé.


2-SANS TOI

Sans toi
le soleil disparaît
Dans l'hiver de mes pensées
Sans toi
le ciel s'enfuit
Dans le vide de mes nuits

Et je me perds dans l'infini
Où je te cherche dans un cri

Sans toi
le temps s'endort
Dans les songes de ton corps
Sans toi
la vie s'immole
Dans le creux d'une obole

Et je me cache dans le noir
Où je te cherche sans espoir

Sans toi
mon coeur sommeille
Dans les sorties de veille
Sans toi
l'amour est froid
Dans la nef sans beffroi

Sans toi
mon âme est morte
Dans la cour des eaux-fortes
Sans toi
le matin est blême
Dans le café sans crème

Sans toi
mon coeur dérive
Dans la mer des Maldives
Sans toi
je me dérobe
Dans l'impasse de l'aube

Sans toi
je crois survivre
Dans l'apparence ivre


Sans toi
je m 'imagine
Dans le fond de la mine

Sans toi
je perds le nord
Dans l'immensité grise
Sans toi
je rentre au port
Dans le froid et la brise

Sans toi
je ne suis rien
Dans la vie dans la mort
Sans toi
je ne suis rien
Dans le temps des remords


3-SEUL
Refrain : Et je me dis
Que la vie, Que la vie
Ne tient qu'à un fil
Ne tient qu'à un fil

Seul, dans la rue, sans mobile
Je marche d'un pas tranquille
A la recherche d'un sourire
Qui flotte parmi les rires
A la terrasse d'un café

Seul, dans ma très belle ville
Je joue à face ou pile
Sur les trottoirs de mon destin
Qui me convie au festin
Des hasards de la vie

Seul, je ne me fais pas de bile
Pour tendre ma sébile
Aux bonnes volontés
Et aux âmes bien nées
Qui pourront nous sauver

Seul, motivé, invisible
J'accoste les édiles
Pour leur parler sans fard
De tous les avatars
Trop souvent oubliés

Seul, allongé immobile
J'éteins les images débiles
Qui donnent à la réalité
Un parfum délité
Et la couleur de l'ennui

Seul, allongé, immobile
Je songe aux valets serviles
Qui crachent leur pouvoir
Pour entrer dans l'histoire
Sans y être invités

Seul, colosse aux pieds d'argile
J'admirais tes gestes graciles
Quand tu étais à mes côtés
Quand tu étais l'éternité
De mon enfance qui n'est plus

4-QUAND ON N'A PLUS VINGT ANS

Quand on n'a plus vingt ans
Les souvenirs d'enfance
S'enfuient au gré du vent
Et des années qui passent

Quand on n'a plus vingt ans
Les raisons d'espérance
Se perdent au fil du temps
Et des murs de silence

Quand on n'a plus vingt ans
Les souffles d'insouciance
Ne changent pas de camp
Mais de courtes distances

Quand on n'a plus vingt ans
Et le coeur en malchance
Mais l'esprit conquérant
Dans un monde en balance

Quand on n'a plus vingt ans
Et qu'on est sans défense
Qu'il en devient gênant
De demander audience

Quand on n'a plus vingt ans
Pleuvent les repentances
Et les coups aux tympans
Des gens sans importance

Quand on n'a plus vingt ans
Les conflits de jactance
S'estompent dans le sang
Des enfants d'innocence

Quand on n'a plus vingt ans
Un monde de non-sens
S'élève dans l'argent
Et dans l'appartenance

Quand on n'a plus vingt ans
Et que le froid nous tance
De son souffle puissant
Qui hurle sans cadence

Quand on n'a plus vingt ans
Mais le courage dense
Et le corps défendant
A toutes les engeances

Quand on n'a plus vingt ans
Et de la résistance
A l'idiotie des gens
A leur pâle existence

Quand on n'a plus vingt ans
Mais le coeur d'allégeance
Aux principes d'antan
Et à l'idée de France

Quand on n'a plus vingt ans
Et des rêves Byzance
Et des projets ardents
Qui défient l'impatience

Quand on n'a plus vingt ans
La soif de connaissances
Promène le quidam
De Bali à Florence

Quand on n'a plus vingt ans
Mais l'âme et la conscience
D'un chevalier servant
D'un monde d'apparence

Quand on n'a plus vingt ans
C'est la vie qui commence
A presque cinquante ans
Quand ce siècle s'avance


32- A QUOI CA SERT

Dans mes brèves déroutes
Sous des cieux incertains
J'ai tracé tant de routes
J'ai pris tant de chemins
Pour finir par me dire
A quoi çà sert de vivre ?

Dans mes rêves oubliés
Et mes songes d'un jour
J'ai marché sans souliers
Guidé par mon amour
Pour finir par penser
A quoi ça sert d'aimer ?

Dans mes années sans fard
Et mes vies solitaires
J'ai vu tant d'oeuvres d'art
J'ai lu tant de Voltaire
Pour finir sans histoires
A quoi ça sert de croire ?

Dans mon coeur sans nuages
Et mes joies et mes peines
J'ai compris avec l'âge
J'ai appris sans la haine
Qu'il faut vivre et aimer
Du mois de juin à mai

33- SI TU SAVAIS COMBIEN JE T'AIME

Si tu savais combien je t'aime
Tu partirai vers nulle part
Comme le grain que l'on sème
A la poursuite du hasard

Si tu savais combien je t'aime
Tu chercherai ton infini
Comme un savant sans théorème
Dans l'espace de mes nuits

Si tu savais combien je t'aime
Tu m'attendrai jusqu'à demain
Comme l'amour qui se promène
Sur les détours de ton chemin

Si tu savais combien je t'aime
Tu me dirai je t'aime aussi
Comme une actrice sur la scène
Dans le rôle de Sissi

Mais tu sais bien combien je t'aime
Et ton regard d'amour rempli
Etreint mon coeur chasse mes peines
Car tu es mon âme et mon esprit

37- IL FAUT VIVRE ET AIMER

Il faut vivre et aimer
Du mois de juin à mai
Pour se donner le temps
De ne plus avoir peur
Pour se dire vraiment
Ce qu'on a sur le coeur

Il faut vivre et aimer
Sur les plages l'été
Pour créer l'illusion
D'un amour en soleil
Pour vivre la passion
Ce qu'on croit éternel

Il faut vivre et aimer
Dans les bois dans les près
Pour garder la fraîcheur
D'un sourire d'automne
Pour rester rien qu'une heure
Ce qu'on croit une aumône

Il faut vivre et aimer
Dans le froid de l'hiver
Pour enfin espérer
D'un petit sillon vert
Pour la vie qui reprend
Ce qu'on sème au printemps

Il faut vivre et aimer
Jusqu'à la fin des temps
Pour ne pas se tromper
Sur l'amour qui s'apprend
Pour n'oser s'avouer
Ce qu'on a regretté

41-Comme un chevalier sans armure

Comme un chevalier sans armure
J'offrirai mon corps et mon sang
Pour lutter contre la censure
Et défendre les honnêtes gens

Comme un chevalier sans armure
Je brandirai mon étendard
Pour défendre la nature
Avant qu'il ne soit trop tard

Comme un chevalier sans armure
Je laisserai derrière moi
Mes peines et mes blessures
Pour ne vivre que pour toi

Comme un chevalier sans armure
Je partirai sur les chemins
Sans lasso à l'encolure
Dans le parfum du romarin

Comme un chevalier sans armure
Je trouverai la voie
Qui mène aux âmes pures
Même si je n'ai pas la foi

Comme un chevalier sans armure
Je mourrai sous les étoiles
Quand finira l'aventure
De vivre de mes toiles

36- LA MONTAGNE

Le désert blanc déroule son manteau
Tout semble figé pareil à des poteaux
Les sommets lointains se rapprochent soudain
Sous tes pas légers aux reflets cristallins

Les nuages chassés par un ciel incertain
Dévoilent les contours des à-pics enneigés
Et le vent qui tournoie là-haut dans le lointain
Traîne silencieux leurs ombres clairsemés

Et sous tes yeux figés dans l'ombre du soleil
Les mélèzes fardés par le souffle du vent
Emprisonnent le lièvre au pelage d'argent
Qui sautille joyeux depuis son long réveil

Sous ses pattes légères, la blancheur qui volète
Marquée par ses empreintes la neige immaculée
Le poursuit de sa peur qui lui tourne la tête
Eperdu dans sa course vers son secret terrier

Le chamois à l'écoute, les oreilles dressés
S'arrête un instant pour renifler le vent
Et ses yeux ornés de crainte et de curiosité
Le guident dans sa fuite au moindre craquement

Un jeune chamois à la robe invisible
Caresse les rochers de ses sabots agiles
L'inquiétude dressée sur ses oreilles fines
Il poursuit sa route sur les pentes mutines

Le vent qui étouffe et le froid qui s'invite
M'enveloppe de glace et engourdit mon corps
Mais mon esprit serein à lutter m'incite
Et j'avance toujours encore et encore

Au-dessus d'un col, dans le silence apaisant
J'entends le léger sifflement des ramiges
D'un circaète planant dans le cercle des cieux
Ombre furtive sur l'ocre des rochers passant


41- MUSULMANE

Dans le métro tu t'es assise tranquille
Drapée dans le silence de ton habit de sable
Laissant juste ton jeune visage affable
Perdu dans ses pensées subtiles

Puis vint s'asseoir en face de toi
Un homme énervé plein de colère
Qui t'a montré du doigt sans aucune manière
Aux gens indifférents pleins de bonne foi

La haine de son regard te transperça le cœur
Quand il cria "çà, voilà çà donne çà !"
Je lui ai répondu que c'était ton droit
Qu'on est en République
Se réclamant lui même de l'islam
Car fils de Hadj avec ses quatre enfants

Les larmes de ta foi coulèrent sur tes joues
Comme un torrent de honte
Comme un fleuve de boue
Et j'eus honte pour lui moi qui ne suis pas croyant
Quand il dit tout haut "j'ai réussi à la faire pleurer" !

Et l'imbécile sectaire descendit à une station
Derrière lui, je lui couvrais alors la tête d'un V moqueur
Car fier de sa victoire, il fut la risée des gens
A se croire si fort on en reste sans coeur

42- L'AMOUR AVEC TON COEUR

J’aimerai faire l’amour avec ton coeur
Le mettre à nu le caresser
Pour qu’il me parle sans pudeur
Pour qu’il me livre ses secrets

J’aimerai faire l’amour avec ton coeur
Le supplier l’interroger
Pour qu’il plaide en ma faveur
Pour qu’il arrête de lutter

J’aimerai faire l’amour avec ton coeur
Le surprendre dans ses pensées
Pour qu’il m’avoue toutes ses peurs
Pour qu’il demeure apaisé

J’aimerai faire l’amour avec ton coeur
L’aimer au-delà de l’été
Pour qu’il soit enfin sans heurts
Pour le croire éternité

43 -JE PENSE A TOI 10/01/07

Quand le soleil se couche
Au loin dans l'infini
Quand les vagues se touchent
Sans un cri sans un bruit
Je pense à toi

Quand mes yeux t'imaginent
Sur ta route le soir
Quand tu me fais un signe
Plein d'amour et d'espoir
Je pense à toi

Quand tu es loin de moi
Mon âme vagabonde
Quand mon coeur en émoi
Bat le tempo du monde
Je pense à toi

Quand le ciel étoilé
Me guide dans le noir
Quand les bras de Morphée
Me bercent dans le soir
Je pense à toi

Quand les anges célestes
Me portent vers les cieux
Quand je sais que tu restes
Mon bien le plus précieux
Je pense à toi

Quand tes lagons de jade
Se noient dans ma passion
Quand ton sourire bade
A donner des frissons
Je pense à toi

44- VIVRE

Vivre comme le soleil et l'eau
Vivre comme l'éveil de l'oiseau
Vivre à tes côtés
Vivre à te regarder

Vivre comme un matin d'été
Vivre comme un champ de blé
Vivre dans tes pensées
Vivre à t'imaginer

Vivre comme un chant d'amour
Vivre comme on dit bonjour
Vivre à tes côtés
Vivre à te regarder

Vivre comme un rêve éveillé
Vivre comme un songe oublié
Vivre dans tes pensées
Vivre à t'imaginer

Vivre comme unique raison
Vivre comme folle passion
Vivre à tes côtés
Vivre à te regarder

Vivre comme l'instant fugace
Vivre comme la vie qui passe
Vivre dans tes pensées
Vivre à t'imaginer

Vivre comme un bonheur sans fin
Vivre comme une bouchée de pain
Vivre à tes côtés
Vivre à te regarder

Vivre comme une espérance
Vivre comme une insouciance
Vivre dans tes pensées
Vivre à t'imaginer

Vivre, vivre, vivre ...... libres.....

52-COMME UNE ETOILE DANS LE CIEL

Comme une étoile dans le ciel
Tu m'a guidé vers ta lumière
Vers des futurs éphémères
Comme une abeille fait son miel

Comme une araignée au soleil
Tu m'a attiré sans un bruit
Vers les délices du sommeil
Comme une fleur sans son fruit

Comme un ruban de l'arc-en-ciel
On s'est promis monts et merveilles
Vers les beautés du bord de mer
Comme un marin touche la terre

Comme un roman inachevé
Dont je ne connais pas la fin
J'aimerai être à ton chevet
Pour ne pas regretter sans fin

Comme une orchidée au réveil
S'approche trop près du soleil
Comme Icare perdit la vie
Lui qui bravait l'interdit

Comme une étoile dans le ciel
Toute seule dans le noir
Me raconte la belle histoire
De l'amour éternel


54-ETINCELLE 25/07/07

Tu es vraiment une étincelle
Qui réchauffe toujours mon coeur
Tu es pareille à la crécelle
Qui crépite tout en douceur
J’aimerai te capturer
Et te garder rien que pour moi
Mais tu fuis à travers bois
Car tu ne peux durer longtemps
Car tu ne peux durer longtemps

Tu es vraiment une étincelle
Qui éclaire l’amour naissant
Comme un champ de blé au soleil
Près de la flamme ou de l’encens
J’aimerai t’apprivoiser
Et te garder rien que pour moi
Mais tu me laisses pas le choix
Car tu ne peux durer longtemps
Car tu ne peux durer longtemps

Tu es l’étincelle de mes nuits
Celle qui me fait aimer la vie
J’aimerai toujours t’apercevoir
Dans le secret des mes espoirs
Et que tu sois à mes cotés
Mais tu t’en vas et puis reviens
Dans les cendres d’un feu follet
Dans des rêves que je fais miens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Propositions de textes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lieder sur des textes de Heine et Kerner
» Textes de Jazz.
» Vos textes préférés
» Le blues, les textes et la poésie
» Belles illustrations des textes de J-P par JL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Liane Foly :: Autres... :: Montages et créations-
Sauter vers: